• Full contact

    Boxe pieds-poings au dessus de la ceinture

    Full contact

    Historique

    Le Full Contact est apparu aux États-Unis en 1974. Il combine les techniques de coups de poing et le déroulement des compétitions de la boxe anglaise avec des techniques de coups de pied inspirées du karaté. Celles-ci sont utilisées suivant des règles strictes, garantissant un maximum de sécurité. A la différence des autres disciplines pieds-poings, il n’autorise pas les coups en dessous de la ceinture. D’où le fait qu’on la désigne parfois comme du Kick-Boxing sans low-kick (boxe pieds-poings sans coup aux jambes). Contrairement au Muay Thaï, les coups de coudes et les coups de genoux ne sont pas non plus autorisés.
    Le Full Contact attire de nombreux pratiquants principalement chez les jeunes. Ce sport est praticable dès l’âge de 6 ans.

    La technique et la compétition

    Les Techniques de poing et de jambes constituent l’essentiel de ce sport de combat. Les coups de poing sont repris de la boxe anglaise, les coups de pied sont identiques à ceux des arts martiaux et peuvent atteindre la tête et le buste.
    Dans la catégorie dite des « boxes américaines » de compétition, on regroupe trois disciplines issues des États-Unis :
    Tout d’abord le plein-contact (dénommé « full contact » depuis 1970 et popularisé par la PKA en 1975) qui s’adresse à des pratiquants expérimentés et très entraînés compte tenu de la dangerosité de l’épreuve ;
    Puis le plein-contact avec low-kick (« full contact avec low kick ») version d’origine (Popularisé par la WKA en 1976) avec coup de pied circulaire en ligne basse avec port de chaussons de boxe américaine – version relancée en 1998 par la Fédération Française de Full-Contact (FFFCDA) ;
    Ensuite le light-contact international qui reprend les règles du full-contact (appelé « médium-contact » en France par le groupement WKA-France), et dans lequel les techniques sont portées avec puissance, à l’étranger, mais dont le K.O est interdit (Particularité française : le « light-contact français » (appelé « soft-contact » par le groupement WKA-France), suite à une recommandation du ministère chargé des sports, est une rencontre d’opposition où les coups sont parfaitement retenus. C’est donc la valeur technique qui est privilégiée, le vainqueur étant celui qui a atteint le plus grand nombre de cibles, et non pas celui qui aurait été le plus efficace en termes de puissance de frappe comme dans le plein-contact) ;
    Enfin la troisième discipline la plus connue au Monde est le semi-contact ou « points-fighting » qui ressemble au karaté sportif japonais. Pour cette dernière discipline, les compétiteurs se font face et doivent atteindre des cibles autorisées pour marquer des points. Le nombre de points varie selon l’endroit atteint. À chaque touche valide, le duel est arrêté et l’arbitre annonce les points marqués et le score est affiché au fur et à mesure.

    Entraineur

    • Jérôme ARDISSONE : enfants et adolescents
    • Edmond ARDISSONE : Adultes compétition – Elite
    • Jérôme ARDISSONE

      Jérôme ARDISSONE

      Jérôme Ardissone est professeur diplômé d’Etat de Full Contact depuis 2008. Il entraine les enfants et les ados de l’ANFC les lundis et jeudis de 17h à 19h, assisté de Jonathan PASTORINO.

      Jérôme Ardissone est professeur diplômé d’Etat de Full Contact depuis 2008. Il entraine les enfants et les ados de l’ANFC les lundis et jeudis de 17h à 19h, assisté de Jonathan PASTORINO.

      Compétences

      • Diplômé d’État de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport :
      • Activité pugilistique
      • Ceinture noire 4ème degré
      • Moniteur fédéral de Full Contact (2004/2011)

      Titres sportifs

      • Champion du monde pro WKN 2013 et 2014 (-54,900kg)
      • Champion d’Europe pro WKN 2012
      • Champion de France élite 2010, 2011, 2012 et 2013

      Palmarès sportif

      • 30 combats
      • 28 victoires dont 7 k.o.
      • 2 défaites

  • Kick-Full loisir

    Boxe pieds-poings intégral

    Kick-Full loisir

    Le kick-boxing  est l’ensemble des disciplines appartenant aux boxes pieds poing dont le but est de toucher sans se faire toucher avec les poings et les pieds.
    Développée au début des années 1960 par les américains et parallèlement à la même époque par les Japonais, ce type de boxe a été influencée par les arts martiaux, la boxe anglaise et la boxe française.
    Un combattant de kick-boxing se nomme un kick-boxeur ou kickeur et une combattante une kick-boxeuse ou kickeuse.
    Le Kick-Full, proposé par le club, abordera les deux manières de pratiquer le Kick Boxing : avec et sans low kick.
    Le pratiquant pourra alors découvrir et apprendre une activité de loisirs, adaptée à sa demande et son besoin. Il pourra par la suite se diriger vers le cours « compétiteur » s’il désire évoluer dans sa pratique et être performant.

    La technique

    Le kick-boxing reprend les bases de la boxe anglaise et y ajoute les coups de pieds. Étant donné la plus longue portée des coups de pieds, la manière de se déplacer et de garder la distance n’est plus la même.
    Nous distinguons deux types kick boxing:
    – Le Kick boxing avec low kick: les combattants utilisent les techniques de poings de la ceinture à la tête, et les technique de jambes des membres inférieurs à la tête. Pour information, le K-1 ou kick boxing japonais, utilise en plus du kick boxing traditionnelle, les techniques de genou sans préhension.
    – Le kick boxing sans low kick: Communément appelé Full Contact, cette discipline permet d’utiliser les techniques de poings et de pieds de la ceinture à la tête, les techniques de jambes visant les membres inférieurs sont interdites.

    Entraineur

    • Jonathan PASTORINO

    La compétition

    Comme en boxe anglaise, le kick-boxing propose une forme de compétition où il n’est pas autorisé d’appuyer les coups, pour les plus jeunes notamment : le light contact. Il n’est possible d’effectuer des combats plein contact qu’à partir de 18 ans (catégorie Junior), contrairement à la boxe anglaise où on peut combattre en plein contact à partir de 14 ans (catégorie cadet en boxe amateur).
    Le kick-boxing -au niveau de la fédération- est plus récent et beaucoup moins solide que pour la boxe anglaise, mais les choses vont en s’améliorant petit à petit. Actuellement et depuis peu, le kick-boxing rassemble les disciplines du sports pieds-poings (kick boxing avec low kick, kick boxing sans low kick (ou full contact), muay thaï, k1 rules, chauss’fight, pancrace, lutte contact, boxe boji) au sein de la FFKMDA (Férération français de Kick boxing, Muay thai et Disciplines Associées).

    • Jonathan PASTORINO

      Jonathan PASTORINO est professeur diplômé d’État de Full Contact depuis 2009. Il seconde Jérôme ARDISSONE pour l’entrainement des enfants et des ados de l’ANFC les lundis et jeudis de 17h à 19h. Il pratique le Full Contact depuis l’âge de 6ans avec Edmond ARDISSONE, ancien triple champion du monde professionnel de Boxe Américaine (Full Contact).

      Jonathan PASTORINO est professeur diplômé d’État de Full Contact depuis 2009. Il seconde Jérôme ARDISSONE pour l’entrainement des enfants et des ados de l’ANFC les lundis et jeudis de 17h à 19h. Il pratique le Full Contact depuis l’âge de 6ans avec Edmond ARDISSONE, ancien triple champion du monde professionnel de Boxe Américaine (Full Contact).

      Compétences

      • Diplômé d’État de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport :
      • Activité pugilistique
      • Ceinture noire 4ème degré
      • Licence STAPS, entrainement sportif

      Titres sportifs

      • Champion d’Europe pro WKN 2013 (-60,800kg)
      • Champion de France élite 2010, 2011 et 2013
      • Médaille de bronze coupe du monde WAKO 2010

      Palmarès sportif

      • 32 combats
      • 25 victoires dont 1 k.o.
      • 1 nul
      • 6 défaites

  • Boxe anglaise

    Cours pour adolescents et adultes

    Boxe anglaise

    La boxe anglaise, aussi appelée le noble art, est un sport de combat. Elle est la descendante directe du pugilat discipline dans laquelle les combattants avaient des gants avec des clous que l’on appelait ceste.
    La boxe apparaît au XVIIIe siècle, les matchs étaient alors organisés par des parieurs qui prirent comme modèle le pugilat. Elle est à l’époque peu réglementée et est pratiquée à mains nues.
    Le premier grand champion de boxe à mains nues fut le maître d’armes James Figg en 1719. Son élève, Jack Broughton, gagna près de 400 combats jusqu’au jour où il tua accidentellement son adversaire. Traumatisé, il codifia les règles de la boxe avec l’aide du marquis de Queensberry et rendit obligatoire le port de gants de protection et interdit les combats au finish, ce qui interdit aussi de frapper l’adversaire au sol.

    La technique

    La boxe anglaise est un sport de combat dans lequel deux adversaires, de même catégorie de poids, se rencontrent sur un ring. Les coups de poings sont portés uniquement au dessus de la ceinture (au visage et au buste). Il y a plusieurs techniques de combat comprenant essentiellement l’attaque (direct, direct court, crochet, uppercut…) et la défense (blocage, déviation, esquive).

    Entraineur

    • Jérôme ARDISSONE

    La compétition

    Que ce soit en boxe olympique ou professionnelle, les boxeurs tentent d’éviter les coups de poing de leur adversaire tout en essayant de le toucher. Des points sont attribués à chaque coup considéré comme net, puissant et précis. À la fin du combat, le boxeur ayant le plus de points est déclaré vainqueur. La victoire peut également être atteinte si un combattant met son adversaire hors de combat (par knockout ou KO), c’est-à-dire dans l’incapacité de se relever et de reprendre le combat après le compte de dix secondes de l’arbitre. Un combattant est également déclaré vainqueur si son adversaire blessé ne peut continuer le combat (KO technique ou TKO).

    • Jérôme ARDISSONE

      Jérôme ARDISSONE

      Jérôme Ardissone est professeur diplômé d’Etat de Full Contact depuis 2008. Il entraine les enfants et les ados de l’ANFC les lundis et jeudis de 17h à 19h, assisté de Jonathan PASTORINO.

      Jérôme Ardissone est professeur diplômé d’Etat de Full Contact depuis 2008. Il entraine les enfants et les ados de l’ANFC les lundis et jeudis de 17h à 19h, assisté de Jonathan PASTORINO.

      Compétences

      • Diplômé d’État de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport :
      • Activité pugilistique
      • Ceinture noire 4ème degré
      • Moniteur fédéral de Full Contact (2004/2011)

      Titres sportifs

      • Champion du monde pro WKN 2013 et 2014 (-54,900kg)
      • Champion d’Europe pro WKN 2012
      • Champion de France élite 2010, 2011, 2012 et 2013

      Palmarès sportif

      • 30 combats
      • 28 victoires dont 7 k.o.
      • 2 défaites

  • Judo

    La meilleure utilisation de l'énergie physique et mentale

    Judo

    Le judo est un art martial non violent issu du jiu-jitsu correspondant à une forme très sophistiquée de lutte à mains nues. Les combats se déroulent sur un tapis de 9 m2. Le tapis est entouré d’une zone de sécurité d’une largeur de 1 m. Les tapis (tatamis)  mesurant 2 m par 1 m sont placés côte à côte et sont maintenus en place par un cadre en bois. Les compétitions sont placées sous l’autorité d’un arbitre qui se tient dans la zone de combat et de deux juges assis à des angles opposés du tapis. Les combattants doivent rester dans les limites de la zone de combat. Les pratiquants du judo, les judoka, cherchent à acquérir la souplesse du corps et des membres ainsi que la rapidité du déplacement (tai-sabaki). Ayant l’esprit discipliné, apaisé et serein, possédant la maîtrise de leur corps et de leurs réactions, ils pourront alors venir facilement à bout d’un adversaire les attaquant.

    La technique et les règles

    Tous les judokas portent un kimono de judo, tenue ample blanche ou crème. La veste est maintenue par une ceinture enroulée deux fois autour de la taille. La couleur de la ceinture indique le grade du compétiteur. Au départ, les combattants sont face à face à 4 m l’un de l’autre et se saluent. Ce salut traditionnel fait partie du protocole et est exécuté avant et après chaque échange. Le combat commence lorsque l’arbitre dit hajime (commencez). Il dure au minimum 3 min et au maximum 20 min sans plusieurs reprises ; c’est un score décisif qui met fin au combat. Si la victoire n’est pas manifeste, les juges indiquent le vainqueur et c’est l’arbitre qui prend la décision.
    Les combats sont jugés en fonction des techniques de projection (nage-waza) et des prises (katame-waza). Les fautes sont également des éléments déterminants dans le score. Le but de chaque compétiteur est de marquer un ippon, qui vaut dix points. Un ippon est accordé pour une projection très puissante, lorsque l’adversaire a été soulevé jusqu’à hauteur d’épaule, pour un étranglement ou une clé efficace, pour une prise maintenue pendant 30 s. Un combattant qui ne parvient pas à marquer un ippon peut recevoir un wazari, qui vaut sept points. Deux wazaris valent un ippon. Si un combattant ne marque qu’un wazari mais est victime d’une faute grave, il peut gagner le combat. Un combattant peut également l’emporter avec un yuko (cinq points), proche d’un wazari, ou un koka (trois points).
    Comme dans les autres arts martiaux, l’arbitre tient compte de la façon dont sont exécutées les techniques. S’il n’y a pas de différence de score, la victoire peut être attribuée au combattant dont le style, la technique et l’esprit de combat ont été supérieurs.
    Les combattants luttent corps à corps et saisissent les manches ou le revers du judogi de l’adversaire. Le judoka met à profit la moindre erreur commise par l’adversaire susceptible de le déséquilibrer. Le tskuri-komi, consistant à déséquilibrer l’adversaire pour le projeter à terre, est une technique de base du judo. Ce mouvement se produit au cours d’une attaque, lorsqu’un des combattants utilise l’élan de l’adversaire pour le déséquilibrer et le jeter à terre.
    Les techniques de contre-attaque sont essentielles; elles ont pour but de profiter de l’attaque de l’adversaire. Les projections et les prises portent le nom de renraku-waza (combinaisons techniques).
    Le combat au sol (newaza) est la spécialité de certains judokas. Il comporte entre autres des étranglements et des clés de bras. Les combattants peuvent appliquer les techniques de combat au sol si l’attaquant vient au sol après avoir projeté son adversaire, lorsqu’un des combattants chute ou à la suite d’un étranglement ou d’une clé exécutés debout.

    Entraineur

    • Joseph SACCOMANO
    • Joseph SACCOMANNO

      Joseph SACCOMANNO

      Joseph SACCOMANNO a pratiqué divers arts martiaux et sports de combats. Début des années 80 il a pratiqué simultanément le taekwondo, le full contact et boxe américaine. Puis dans les années 90, le judo, l’Atemi Jujitsu, le Kick Boxing. Depuis la Fin des années 90 jusqu’à ce jour, sa discipline de prédilection est surtout le

      Joseph SACCOMANNO a pratiqué divers arts martiaux et sports de combats. Début des années 80 il a pratiqué simultanément le taekwondo, le full contact et boxe américaine. Puis dans les années 90, le judo, l’Atemi Jujitsu, le Kick Boxing.
      Depuis la Fin des années 90 jusqu’à ce jour, sa discipline de prédilection est surtout le Judo/Jujitsu, qu’il pratique notamment sous l’égide de son professeur, maitre Laurent IDDA, expert en judo et arts martiaux.
      Ses rencontres avec d’autres pratiquants et enseignants l’ont amené naturellement à découvrir diverses disciplines martiales et sportives, comme le yiseisindo, l’aïkido, le krav-maga, le silat, le taï-chi.

      Compétences

      • Diplôme Certificat de Qualification Professionnel (CQP-ALS) Activités Gymniques d’Entretien et d’Expression.
      • Instructeur fédéral FFST diplômé Judo/Jujitsu
      • Instructeur fédéral FFST diplômé self défense et diplômé Défense Personnalisée.
      • Instructeur fédéral CNKB diplômé Kick Boxing
      • Instructeur diplômé FEKAMT (Fédération Européenne de Karaté et Arts Martiaux Traditionnels)
      • Instructeur diplômé Yiseishindo ACCAM/CIKAMT – (Cercle International Karaté et Arts Martiaux Traditionnels), Sous l’égide de Patrick Brégier, Hanshi et fondateur du Yiseishindo.

      Fonctions actuelles

      • Membre du Comité Directeur National de la FFST (fédération française multisports agréée)
      • Trésorier du Comité Départemental FFST
      • Animateur à la caravane du sport du Comité Départemental Olympique et Sportif (CDOS)

  • Krav Maga

    Self-défense

    Krav Maga

    Le krav maga (combat avec contact en hébreux) est un sport de combat simple et efficace pour apprendre à vous défendre contre tous les types d’agressions contemporaines….

    Son histoire

    Le Krav Maga n’est pas une nouvelle école d’arts martiaux mais un système moderne combinant la self-défense, la tactique de combat et la tactique défensive, dont le but est d’enseigner aux participants comment se défendre et prendre de l’assurance dans les diverses situations de la vie, faisant appel aux réflexes naturels du corps humain et basé sur des principes. Il est facile à apprendre et à mémoriser et fonctionne lors de situations stressantes de manière très logique.
    Le Krav Maga a été reconnu de façon internationale comme le système de défense le plus efficace au monde. Ainsi tout individu peut atteindre un haut niveau de confiance en soi en un temps relativement court.

    Entraineur

    • Daniel STOLTZ

    Description

    Contrairement à de nombreux arts martiaux, le Krav Maga ne présuppose pas que les combattants respectent un ensemble quelconque de règles. En particulier, l’entraînement insiste sur des situations atypiques telles que :Réagir à une attaque surprise ;
    – Se défendre à main nues contre une attaque à mains nues (coups de poing, coups de pied…), contre différentes saisies (étranglement, ceinturage, saisie des cheveux…) ou contre une attaque à main armée (couteau, bâton ou arme à feu) ;
    – Empêcher l’adversaire de sortir une arme ou de s’en servir ;
    – Combattre contre plusieurs adversaires, sortir d’une situation d’encerclement ;
    – Continuer à se battre blessé, sonné, attaché, etc…;
    – Protéger une tierce personne.
    De plus, l’absence de règles développe des réflexes importants, en particulier celui de protéger son entrejambe et ses yeux.
    L’entraînement au Krav Maga couvre aussi des situations susceptibles de dégénérer en combat et des méthodes, aussi bien verbales que physiques, pour éviter la violence lorsque c’est possible.

    • Daniel STOLTZ

      Daniel STOLTZ est instructeur, diplômé Krav Maga FFST et IKMF. Le krav maga (combat avec contact en hébreux) est une discipline simple et efficace pour apprendre à vous défendre contre tous types d’agressions contemporaines….

      Daniel STOLTZ est instructeur, diplômé Krav Maga FFST et IKMF. Le krav maga (combat avec contact en hébreux) est une discipline simple et efficace pour apprendre à vous défendre contre tous types d’agressions contemporaines….

      Compétences